Squashlibre

CHAMPIONNAT DE FRANCE JUNIOR : LES JEUNES SUR LE PLAYGROUND (PARTIE 1)

Le championnat de France junior, qui a lieu le weekend prochain au Angers Playground, est l’un des rendez-vous attendus de la saison dans le squash hexagonal. Si Ambre Allinckx est grande favorite pour conserver son titre chez les filles, la lutte s’annonce plus serrée côté masculin : Toufik Mekhalfi et Manuel Paquemar sont les principaux prétendants mais d’autres (Paul Gonzalez en tête) tenteront de bousculer la hiérarchie. Voici la première partie de notre présentation.On vous en parlait parlé il y a quelques semaines : le gérant du Angers PlayGround, Anthony Murphy, a fait appel à Nicolas Barbeau pour impulser une nouvelle dynamique au sein de la section squash, notamment grâce à l’organisation d’évènements d’envergure. Deux semaines après le Ladies Open, le club recevra du 9 au 11 novembre le championnat de France de squash – 19 ans. C’est seulement la troisième fois qu’une épreuve nationale se déroule dans la capitale de l’Anjou, et le spectacle devrait être au rendez-vous : tous les meilleurs jeunes de l’hexagone – dont certains se sont récemment distingués à l’échelle continentale – seront présents le weekend prochain. Même si d’autres ont très envie de bousculer la hiérarchie (nous vous en parlerons demain dans la deuxième partie), il y a selon nous trois joueurs qui sont les têtes d’affiche de la compétition.

DEUX GARS, UNE FILLE

Alors qu’Ambre Allinckx Squash sera grande favorite pour conserver le titre acquis l’an dernier à Antibes, Toufik Mekhalfi et Manuel Paquemar sont les deux principaux prétendants à la médaille d’or chez les garçons.

1) LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANTTous les trois ont un point commun : ils ont changé leurs habitudes en matière d’entraînement depuis la rentrée. Pas de déménagement pour Toufik, toujours installé à Aix-en-Provence, mais un passage du Pole Espoirs Squash PACA au Pôle France Squash CREPS PACA, Site d’Aix-en-Provence qui pour l’entraîneur national Renan Lavigne représente un « chemin complexe que bien d’autres, certains devenus très illustres, ont connu avant lui en débarquant parmi les grands … » « Le plus gros changement est l’individualisation des séances, aussi bien physiques que techniques, » ajoute le joueur. « De plus, le niveau est évidemment plus élevé et cela demande beaucoup de concentration. » En difficulté au Nordic Junior Open début octobre, il estime s’être « mieux adapté au rythme depuis. » Il a joint les actes à la parole ce dimanche, décrochant la médaille de bronze au Belgian Junior Open aux dépens de … Manu Paquemar (3 jeux à 1).

Le changement a été plus radical pour Ambre Allinckx, qui a quitté sa Suisse natale (NDLR : ses deux parents sont Français et elle a donc la double nationalité, mais joue pour l’équipe Helvète) pour intégrer la très réputée académie Barcelona Global Squash de Victor Montserrat.

“Mon adaptation à Barcelone se passe très bien.”

« Je suis là depuis le mois d’août, et mon adaptation se passe très bien, » raconte celle qui est devenue n°1 européenne -19 ans il y a quelques jours. « Il y a énormément de joueurs au sein de l’académie, ça bouge beaucoup. J’ai deux séances par jour dont une de physique, et ça m’aide énormément dans ce domaine. Sans oublier deux cours d’espagnol par semaine … » Pas besoin d’apprendre une nouvelle langue pour Manuel Paquemar : après avoir passé toute sa vie à Lorient aux côtés de son père Jean-Luc, il fait désormais partie du pôle France de Créteil tout en suivant la formation Sportcom à l’INSEP (comme d’autres avant lui, par exemple Camille SERME et Renan Lavigne). « À quoi ressemblent mes journées ? Ça commence avec deux réveils, le premier à 6h11 puis je me rendors pendant 10 minutes, » raconte le Breton en éclatant de rire. « Plus sérieusement, je jongle entre les cours et les entraînements, aussi bien le matin que l’après-midi. »

Outre les conseils techniques de Philippe Signoret, Manu bénéficie des séances physiques du nouveau préparateur Frédéric Pfeferberg. « On travaille beaucoup sur la puissance – dans ce domaine je pars d’assez loin, et je constate déjà une progression – que ce soit en salle ou sur le court avec des circuits alternés. Le boulot que l’on fait avec Fred, qui nous pousse sans cesse dans nos retranchements, est vraiment super. » Même si Manu estime que son nouvel environnement est « propice à la réussite, » il ne regrette pas du tout de ne pas avoir intégré un pôle plus tôt, « au contraire. Ne pas partir de chez moi avant le bac était la meilleure décision à prendre. C’est vrai que je n’avais pas beaucoup de confrontation à Lorient, mais au-delà de l’environnement la clé est le sérieux, peu importe avec qui tu t’entraînes. C’est l’une des choses que m’a inculquées mon père, avec l’intelligence de jeu et la passion du squash … »2) UN OBJECTIF PARMI D’AUTRES

Il y a douze mois à Antibes, Ambre Allinckx avait survolé l’édition 2018-2019. Il est difficile de croire qu’il en sera autrement à Angers, tant la joueuse du Mulhouse Squash Club possède sur le papier une marge considérable sur ses adversaires. La Franco-Suisse aborde pourtant la compétition avec une étonnante humilité. « Il faut respecter les autres joueuses, elles aussi s’entraînent beaucoup et on ne connaît pas forcément leur progression récente. Quand on rentre sur le court, il faut toujours être sérieuse et ne jamais avoir l’impression qu’on est meilleure que son adversaire, l’arrogance est le meilleur moyen de se louper. » Ambre voit néanmoins plus loin et 2019-2020, sa dernière saison complète en junior (NDLR : elle est née en mars 2002), sera chargée. « C’est clair que j’ai plusieurs gros objectifs, » confirme-t-elle. « J’aimerais bien monter sur le podium au British Junior Open – gagner serait un rêve – ainsi qu’au championnat d’Europe (NLDR : elle a terminé 4ème et 5ème en 2018 et 2019). Enfin, je vise une demi-finale au championnat du monde. »

“J’ai des objectifs ambitieux, et seul travail me permettra de les atteindre”

Médaillé de bronze il y a deux ans puis d’argent derrière Edwin Clain à Antibes, Toufik Mekhalfi aura encore une chance de décrocher le titre en 2020 mais ne veut pas attendre. « Mon calendrier est assez chargé en ce moment, mais le championnat de France junior reste l’objectif majeur de ma saison, » affirme celui qui défend les couleurs de l’Asso Cinqr Montpellier en Interclubs. Comme Ambre Allinckx, il vise haut sur les compétitions internationales : podium au British Junior Open, la plus haute marche au championnat d’Europe (il avait fini 3ème l’an passé) et top 5 au championnat du monde. « Ce sont des objectifs ambitieux, et il n’y a que le travail qui permettra de les atteindre. Il n’y a pas de temps à perdre … »À l’instar de Toufik Mehalfi, Manu Paquemar est en ce moment au milieu d’un véritable marathon. « Au total, j’enchaîne huit semaines de compétition d’affilée, » sourit-il tout en admettant que le championnat de France -19 ans est « un objectif important, mais un peu moins que les échéances internationales. » Comme Ambre et Toufik, les championnats d’Europe et du monde sont entourés en rouge dans son calendrier, sans oublier le British Junior Open. « Mais c’est une compétition qui me réussit tellement peu que je n’ose pas en faire un objectif … Pourquoi ? Peut-être parce qu’il y fait très froid et que je déteste l’hiver (rires) ! » Quant à ses ambitions, nul doute qu’elles sont très élevées mais Manu préfère les garder pour lui …3) À venir demain, les envies d’Ambre, Toufik et Manu de se lancer sur le circuit professionnel …LE SAVIEZ-VOUS ?Dire que Toufik Mekhalfi et Manuel Paquemar se connaissent par cœur est un euphémisme : coéquipiers en sélection, ils s’affrontent depuis l’âge de 8 ans et, dont quatre fois en finale de championnat de France jeunes. Le Breton avait remporté les deux premières en -11 et 13 ans, son rival les deux suivantes en -15 et -17.

Même score (2-2) dans leurs confrontations en 2018-2019, avec notamment un succès pour Toufik en demi-finale du championnat de France -19 ans. Comme nous vous le disions plus haut, c’est lui qui a remporté la première cette saison, pas plus tard qu’aujourd’hui en Belgique (un match dont il faut relativiser l’importance car les deux joueurs avaient joué – et perdu – leur demi-finale très tard samedi soir). Alors, à vos pronostics !Article de Jérôme ElhaïkNe manquez pas la deuxième partie de notre présentation du championnat de France -19 ans. On y parlera de circuit professionnel en compagnie des trois favoris, on vous présentera les outsiders de la compétition et enfin on vous donnera quelques infos pratiques. Rendez-vous lundi !

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave A Response