Squashlibre

ÇA BOUGE AU PLAYGROUND !

Article de Jérôme Elhaïk

Nouvelle saison, nouveaux horizons. Le Angers Playground dynamise sa section squash, et va notamment recevoir le championnat de France -19 ans du 9 au 11 novembre. Petit coup de projecteur sur les projets du club.Si vous êtes bons en géographie, vous savez que le Maine-et-Loire se trouve en plein cœur de la région des Pays de la Loire. Le squash Angevin peut donc servir de carrefour entre la partie est (Mayenne, Sarthe) et ouest (Loire-Atlantique, Vendée), au sein d’une Ligue très étendue en surface, et le virage emprunté par le club du Angers PlayGround est donc vu d’un très bon œil par les acteurs de la discipline, joueurs et instances. Ce nouveau projet trouve son origine dans la rencontre entre un gérant de structure, Anthony Murphy, et un professionnel de la discipline bien connu dans l’hexagone, Nicolas Barbeau. « Anthony est un passionné de squash, » confie ce dernier, enthousiaste quand il évoque cette aventure. « Ce que j’aime dans ce sport, c’est sa convivialité, » raconte l’Irlandais dans la langue de Molière, qu’il maîtrise parfaitement. « Sur le court, on est adversaires mais ensuite on peut partager un bon moment autour d’une bière. J’ai découvert le squash quand j’étais étudiant dans mon pays. Ensuite, je suis parti aux États-Unis, à San Francisco, et j’ai continué à jouer très régulièrement. Le squash n’y était pas très populaire, mais au cours des 25 années que j’ai passées là-bas, je l’ai vu progressivement gagner du terrain sur le racketball … »

Lorsqu’il débarque à Angers en 2003, Anthony Murphy tient absolument à trouver un club « à moins de 30 minutes de son lieu de résidence. Dans les autres structures de la ville, c’était difficile de réserver un créneau, et je me suis orienté vers le Playground. » Il apprécie tellement cet endroit qu’il en devient l’un des co-gérants en 2014. « Aujourd’hui, mon associé est parti. Après avoir fait carrière dans le marketing, le club constitue désormais mon activité professionnelle à plein temps. En tant que passionné, j’aurais bien aimé développer davantage le côté squash. Mais je n’avais pas le temps et c’est pour cela que j’ai fait appel à Nicolas Barbeau, son arrivée permet de lancer une nouvelle dynamique. » Le Playground est un complexe sportif de 3 500 m² avec 4 courts de badminton, 2 terrains de foot en salle, un véritable restaurant doté d’un chef cuisinier, et bien sûr « 7 courts de squash, dont 5 dernière génération, » précise celui qui est arrivé en mars. « Il compte près de 800 joueurs pratiquant le squash en loisir, ce qui est énorme pour un club de province ! Ma première tâche a été de pérenniser cette dynamique existante, tout en proposant à cette clientèle de nouveaux services. » Lors des cinq derniers mois, Nicolas a planché sur de nombreuses animations, qui seront opérationnelles à la rentrée. « Avec la recherche de partenaires (on trouve systématiquement des adversaires à nos clients, parfois au dernier moment !), le défi squash interne, les tournois loisirs sur une journée, les initiations gratuites, le championnat inter-entreprise un lundi sur deux, et les poules du jeudi soir avec le système TinSquash, notre objectif est de répondre à toutes les attentes de notre clientèle loisir. Mais ce n’était que la première partie de notre projet : il fallait ensuite relancer l’association (NDLR : en sommeil depuis deux saisons), trouver des partenaires puis s’affilier à la Fédération Française de Squash afin de créer une dynamique sportive. » Dans un premier temps, ce partenariat va permettre au Playground d’organiser des tournois homologués, « pour nos adhérents qui souhaitent aller plus loin dans leur pratique du squash, » précise-t-il. « Afin que leur niveau progresse, nous leur proposons d’ores et déjà des entraînements collectifs le mardi – pour les joueurs de tout niveau – ainsi que des leçons individuelles. »

Autre aspect particulièrement important à ses yeux, organiser des compétitions d’envergure. « C’est dans le planning, » sourit Anthony Murphy. « Nous avons la volonté de faire découvrir à nos adhérents le côté haut niveau de notre sport, » ajoute son acolyte. « Dans un premier temps, avec le championnat de France -19 ans (voir ci-dessous) et un tournoi national cette saison, et normalement une étape du circuit international l’année prochaine ! Le loisir et la compétition ne sont pas incompatibles, bien au contraire. Notre objectif est de créer une synergie entre les deux, afin de faire du Playground un club de référence dans le squash français. »Les meilleurs juniors français au Playground du 9 au 11 novembre !C’est un événement à plus d’un titre. Seuls deux épreuves nationales avaient eu lieu à Angers jusqu’à présent (en 1989 et 2004), et la FFSquash – Fédération Française de Squash a fait confiance au Playground pour accueillir l’une des plus attendues de la saison : le championnat de France – 19 ans, du 9 au 11 novembre. Ce sont donc les espoirs du squash hexagonal qui vont fouler les parquets Angevins pendant trois jours : chez les garçons, on peut citer Toufik Mekhalfi (deuxième l’an dernier, et surtout médaillé de bronze à l’échelle européenne), Manu Paquemar et Paul Gonzalez, ces trois joueurs ayant été sacrés dans les catégories inférieures. C’est également le cas de Ninon Lemarchand, Cléo Jahard et Yuna Loaëc Squash, mais elles auront fort à faire pour empêcher la Franco-Suisse Ambre Allinckx de conserver le titre acquis il y a douze mois à Antibes. Ne manquez pas notre présentation de la compétition dans le courant du mois d’octobre !

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave A Response