Squashlibre

TAHITI, UN TOURNOI PAS COMME LES AUTRES

Le squash à Tahiti, c’est une histoire qui a véritablement débuté en 2011 avec la construction de quatre courts dans le club du Phénix. Depuis les choses se mettent en place petit à petit sous l’impulsion du président de la Fédération locale Patrick Morelle. À l’image du tournoi International, puisque la quatrième édition disputée du 9 au 16 mai a été la plus relevée et la plus internationale depuis sa création.

 

Mais au-delà du niveau des participants, le tournoi de Tahiti dépasse la cadre sportif : c’est l’occasion pour les joueurs de découvrir l’île et ses alentours, ainsi que l’hospitalité locale. « Pour la prochaine édition, l’objectif est de conserver cette ambiance festive, indique Patrick Morelle. Avec des joueurs de très bon niveau mais sans pour autant basculer sur un tournoi PSA. » En contrepartie, les joueurs, à l’image de Yann Perrin, n’hésitent pas à jouer le jeu. « Certains d’entre eux ont accepté de diriger les séances de l’école de squash, continue le président de la Fédération. Ça a été un grand bonheur pour les enfants de pouvoir taper la balle avec de très bons joueurs. »

 

Tournoi International de Tahiti – Photo 2

 

En ce qui concerne la compétition elle-même, le tableau masculin était composé de 48 joueurs, en provenance de 7 pays : Australie, France, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Samoa, Salvador et Tahiti bien sûr. Patrick Morelle mesure le chemin parcouru : « Pour la première édition en 2013, les seuls étrangers venaient de Nouvelle-Calédonie. Cette année, tous les joueurs de Tahiti et des Samoa ont été éliminés en 1/8ème de finale, et les quarts étaient du niveau de la finale de l’an dernier ! » La fin du tournoi a donc atteint des sommets encore inconnus du nombreux public du club du Phénix, qui a notamment pu découvrir Israel Abrego. Malgré sa défaite en demi-finale, le lutin salvadorien a fait étalage d’un beau potentiel et on devrait entendre reparler de lui dans le futur. Ce sont néanmoins deux joueurs professionnels néo-zélandais que l’on a retrouvé en finale : Luke Jones et Jamie Oakley, âgés respectivement âgés de 18 et 19 ans.

 

Tournoi International de Tahiti – Photo 3

 

Le plus jeune des deux s’est imposé en 4 jeux, profitant peut-être d’un tableau plus favorable, puisque son compatriote avait auparavant sorti Yann Perrin (en 5 jeux) puis Abrego. À signaler qu’Oakley n’est autre que le fils de Susan Devoy, quatre fois championne du monde et qui domina la discipline entre la fin des années 80 et le début des années 90. Quid du tournoi féminin ? « Vu le faible nombre de participantes, un système de quatre groupes de 3 joueuses a été mis en place, indique Morelle. Quatre pays étaient représentés (Allemagne, France, Nouvelle Zélande et Tahiti), mais comme chez les hommes c’est une néo-zélandaise qui s’est imposé : Abbie Palmer (18 ans et n°149 mondiale) a survolé le tournoi. » La jeune joueuse a d’ailleurs disputé le tableau masculin, s’inclinant en 1/8ème de finale contre le français Nicolas Barbeau.

 

Tournoi International de Tahiti – Photo 4

 

Cette édition 2016 terminée, il est déjà l’heure de se projeter vers l’avenir pour Morelle et son équipe. « L’objectif à long terme est d’établir le tournoi International de Tahiti comme un évènement incontournable dans la zone Pacifique, et de faire participer des joueurs venant des Fidji, des Îles Cook ou de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, entre autres. » Mais le squash à Tahiti, ce n’est pas que le tournoi International, même s’il en est la vitrine. « La Fédération Tahitienne de squash est jeune puisqu’elle n’a que quatre ans d’existence, affirme son président. Elle est affiliée à l’Oceania Squash Federation depuis novembre 2014, et à la World Squash Federation depuis l’assemblée générale de Nice en novembre 2015. Nous sommes composés de trois associations et de 120 membres. La première école de squash a été ouverte en août 2015, et regroupe une vingtaine d’élèves. » La synergie avec la métropole est également forte, car « une convention de partenariat a été signée avec la Fédération Française de Squash. Cette année Nicolas Sajat (cadre technique national) s’est déplacé pour dispenser des formations d’arbitrage, de juge-arbitrage et de brevet fédéral 1er degré. D’autres sont prévues pour les années à venir, notamment pour le BF2. »

 

Tournoi International de Tahiti – Photo 1

 

2017 sera une année importante, puisque Tahiti s’est vu confier l’organisation des championnats d’Océanie (septembre ou octobre). Avant cela, la plupart des protagonistes de ce tournoi International se sont donnés rendez-vous dans douze mois. Araua’e !

 

Article de Jérôme Elhaïk

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave A Response