Squashlibre

Les forces vives

Normalement une fédération est une association de forces morales ayant la volonté et surtout la détermination d’œuvrer pour l’amélioration de la discipline qu’elle représente, avec comme objectif majeur le constant respect des règles démocratiques.

Quelles sont les forces morales ?
En principe ce sont toutes les personnes investies dans l’action fédérale dans le but de créer des circuits de transmission interrelationnels afin de d’échanger entre les différentes structures et de permettre l’accès d’un plus grand nombre d’intervenants et surtout l’implication de nouvelles forces agissantes : les « forces vives ».
La réussite de notre fédération impose de *s’assembler, *d’échanger, *de communiquer, *de construire.
Le rassemblement de toutes les associations, des parents, des dirigeants, des propriétaires de clubs privés, des clubs municipaux, des éducateurs concernés, des entraîneurs, de tous les volontaires qui veulent s’engager dans la recherche de la quantité qualitative, etc.
Les échanges, à tous les niveaux de la pyramide des projets (cf. article dans scibersquash), dans le droit à la liberté d’expression et d’action. Ces échanges intra-structurels sont de facto une protection contre les possibles dérives dogmatiques et les abus despotiques de tous genres, de toutes espèces.
La communication, par l’expression d’une réflexion située au dessus de tout intérêt personnel. Elle se situe au niveau de la gestion mentale, dans la conscientisation d’une transparence en degrés : d’implication, d’application, de duplication, de réplication, d’explication. Elle se traduit par une volonté d’intention et d’attention suivant le concept : « Ecouter l’autre et lui permettre d’exprimer sa pensée ». La communication, s’emploie dans plusieurs directions, elle est assujettie aux connaissances théoriques et concrètes maîtrisées au plus haut niveau, dans la transmission des informations.
La construction d’un système ouvert où toutes les parties développent des réseaux relationnels et prennent en considération les propositions et les engagements des membres impliqués. « Toutes les parties sont dans le tout et le tout est dans toutes les parties ».
Ce qui veut dire que toutes les forces vives sont la fédération et que la fédération est dans les forces vives.
Le squash français a surtout besoin de toutes les forces vives disponibles existantes pour avancer. « Faire plus dans le mieux ». Nous avons suffisamment de forces vives compétentes pour cela dans notre fédération, encore faut-il les écouter.

Nous venons de proposer un modèle de fonctionnement possible de notre fédération, ce n’est pas une proposition exhaustive. Chacun, en fonction de ses compétences, de ses disponibilités, de son investissement dans le squash, peut amener une pierre à l’édifice. Je viens de faire une proposition dans la recherche d’une amélioration, ce n’est qu’une vision, j’espère que des forces vives vont amplifier et voire bonifier ce début de réflexion. En ce moment la fédération subit plus une démolition qu’une construction. Le fonctionnement du comité directeur est orienté essentiellement sur le chantage, sur la peur et sur la sanction, c’est une démarche « démocrasseuse », une crasse que l’on fait au monde du squash. Le comité directeur est hors normes, la situation est boquée illégalement par certaines personnes qui ne respectent pas et détourent les principes démocratiques de notre association, il nous faut réagir et agir au travers de l’ensemble des membres qui sont les structures fondationnelles de la fédération. Les forces vives du squash sont en capacité de faire mieux.
Il est scandaleux de désigner comme anti-fédération, les personnes qui ne sont pas tout à fait d’accord avec certains choix inopportuns. Il est encore plus scandaleux que certaines décisions importantes soient prises en dehors du comité directeur, sans consultation préalable, décisions reposant sur une seule personne Mr Fontaine, ce Monsieur se permet d’interpeler directement de façon inacceptable des membres actifs, en leur faisant un chantage pas possible. Ce comportement a un nom. Devinez-le.

Jacques Fontaine

Jacques Fontaine

Quand on fait un sociogramme, il est très facile de se rendre compte que le dénominateur commun à tous les conflits (et ils sont nombreux) repose sur une personne : Mr Fontaine. La tactique employée est la diabolisation, le dénigrement, la moquerie. Ne pas être d’accord avec Mr Fontaine c’est être anti-fédération. Ne pas être d’accord c’est être tout simplement anti-fontaine et surtout pro-fédéral. Certaines personnes dégoutées sont parties, ont quitté la fédération par écœurement. Les personnes diabolisées n’ont pas de problème avec la fédération, c’est Mr Fontaine qui a un problème avec le monde du squash. Si tous les clubs mécontents se réunissaient, ils représenteraient de sacrées forces vives.
Quand je me déplace à droite et à gauche, je sens le grondement monter, les forces vives ont en marre de ce comité directeur qui repose sur deux personnes : un despote, son petit caporal et tous les béni-oui-oui qui les entourent et qui n’osent pas les envoyer sur les roses.

 

Paul Sciberras

Article publié en avril 2014

Like this Article? Share it!

About The Author

1 Comment

  1. Eric diaouré 20 avril 2016 at 8 h 30 min

    Bien dit Paul!

Leave A Response