Squashlibre

Les propositions de Ramy Ashour en matière d’arbitrage

On connaît les talents de Ramy Ashour, sans aucun doute l’un des meilleurs joueurs de tous les temps on connaît moins le côté du joueur engagé pour le développement de son sport.
Sur sa page Facebook cette semaine il a proposé une série de mesures destinées à améliorer l’aspect arbitrage du squash.

J’ai, bien évidemment, énormément de choses à dire en réponse mais avant j’attends vos commentaires.

Un grand merci a Benoit Tricot pour la traduction

Voici mes dix opinions à propos des arbitres dans le monde du squash :

1- Je suis complètement pour le rétablissement du système à un seul arbitre tout en conservant évidemment l’arbitrage vidéo. Le système à trois arbitres amène trop de confusion et d’incertitude dans les décisions des arbitres et leur cohérence. Il nuit également à leur confiance en eux, à l’esprit de compétition et les rend parfois individualistes.

2- Les arbitres doivent ëtre mieux rémunérés afin qu’ils puissent consacrer plus de temps et d’efforts pour chercher à s’améliorer.

3- Il devrait exister une ligue compétitive des arbitres dans laquelle on retrouverait un classement trimestriel et des évaluations, comme cela se fait chez les joueurs.

4- Les fans de squash partout dans le monde devraient pouvoir être les juges de la hiérarchie et du classement trimestriel des arbitres. La PSA, en association avec la WSA doit développer un système qui rendrait cela possible.

5- Chaque arbitre doit apprendre les bases de l’arbitrage correctement mais doit aussi développer sa propre logique et son bon sens au moment de donner ses décisions. Ëtre créatif et unique n’est pas quelque chose qui doit se restreindre aux joueurs.

6- L’arbitre doit être assis juste devant le court et non pas à des kilomètres, perdu au milieu du public.

7- Chaque arbitre doit aspirer à briller et non pas chercher à se cacher derrière les deux autres arbitres.

8- Le public qui regarde le match sur place ainsi que les spectateurs qui regardent en ligne doivent se faire leur opinion et devraient avoir la possibilité de noter l’arbitre après chaque match. Ceci serait pris en compte pour le classement trimestriel des arbitres ainsi que pour l’attribution du trophée d’arbitre de l’année.

9- Les arbitres jouent un rôle très important dans le déroulement d’un match. Par respect ils devraient être présentés sur le court au début du match comme cela se fait pour les joueurs. Cela permettrait également à tout le monde de les voir et de savoir qui arbitre le match.

10- Les arbitres doivent être pris en charge correctement dans les tournois. C’est à la PSA, en association avec la WSA et les organisateurs de tournois, de mettre en place des standards pour que cela soit le cas.

Ramy Ashour

Like this Article? Share it!

About The Author

1 Comment

  1. nicolas 16 mars 2016 at 19 h 39 min

    Voici mes réponses à Ramy Ashour sur ses propositions pour améliorer l’arbitrage.

    Je n’y vais pas de main morte mais vu que nous ne sommes pas sur un court, j’ai même pas peur !!
    Merci à Benoit Tricot qui a traduit mes réponses afin que je puisse les transmettre à Mr Ramy Ashour. Je vous tiens au courant des suites.

    1- RAMY ASHOUR : Je suis complètement pour le rétablissement du système à un seul arbitre tout en conservant évidemment l’arbitrage vidéo. Le système à trois arbitres amène trop de confusion et d’incertitude dans les décisions des arbitres et leur cohérence. Il nuit également à leur confiance en eux, à l’esprit de compétition et les rend parfois individualistes.

    NICO BARBEAU : Entièrement d’accord !
    Tout d’abord il ne faut pas oublier que ce système des trois arbitres ne s’applique que sur un nombre très limité de tournois internationaux, donc il ne concerne que 0,01% des joueurs de squash dans le monde.

    Et, avant de parler de ses avantages concrets, l’un de ses principaux inconvénients est qu’il monopolise plus d’arbitres et donc il est beaucoup plus cher à mettre en place.
    Après, effectivement, ce système a une fâcheuse tendance à déresponsabiliser l’arbitre central derrière l’écran opaque de trois décisions que le joueur ignore…, et encore plus les arbitres latéraux qui n’ont pas droit à la parole. Avec le système d’arbitrage « original », la confrontation directe avec le joueur me paraît être beaucoup plus formatrice, car elle nécessite de se justifier à visage découvert.
    Ensuite, l’addition de trois mauvaises décisions, même si statistiquement son occurence est moindre, n’a jamais donné une bonne décision.
    Enfin pour l’arbitrage vidéo, c’est incontestablement une avancée majeure et on pourrait imaginer, avec un peu plus de moyens, mettre en place le « hawk eye » du tennis pour les balles fautes ou doublées.

    2- RA : Les arbitres doivent être mieux rémunérés afin qu’ils puissent consacrer plus de temps et d’efforts pour chercher à s’améliorer.
    Entièrement d’accord !

    NB : M. Ashour, vous devez probablement le savoir, AUCUN arbitre au monde n’est rémunéré pour son travail. Tout au mieux, on lui accorde une prestation quotidienne (très limitée) en plus de la prise en charge de ses frais de déplacement, restauration et hébergement.

    Effectivement, avoir des arbitres professionnels sur le circuit PSA, comme au tennis sur le circuit ATP, améliorerait les choses. Mais la PSA (l’association des joueurs qui gère le circuit pro) est-elle prête à demander plus d’argent aux promoteurs ou à baisser la dotation des joueurs pour professionnaliser le corps arbitral… ? Je suis certain que non.

    En France, bien que nous soyons un grand pays de squash (en terme de résultats sportifs), l’arbitrage de haut niveau est soumis (comme dans d’autres pays me semble-t-il ) à la politique. Les budgets qui sont consacrés à l’arbitrage sont proches de zéro. On demande même maintenant à certains arbitres de payer leurs frais de déplacement pour se rendre sur les lieux de compétition.

    3- RA : Il devrait exister une ligue compétitive des arbitres dans laquelle on retrouverait un classement trimestriel et des évaluations, comme cela se fait chez les joueurs.
    
    NB : D’accord.

    4- RA : Les fans de squash partout dans le monde devraient pouvoir être les juges de la hiérarchie et du classement trimestriel des arbitres. La PSA, en association avec la WSA doit développer un système qui rendrait cela possible.

    NB : Tout simplement aberrant !!! Comment juger de la compétence d’un arbitre sans au minimum être certain de connaître les règles ?

    5- RA : Chaque arbitre doit apprendre les bases de l’arbitrage correctement, mais doit aussi développer sa propre logique et son bon sens au moment de donner ses décisions. Etre créatif et unique n’est pas quelque chose qui doit se restreindre aux joueurs.

    NB : Pas d’accord, voire dangereux !
    Pour moi, les deux compétences majeures pour être un bon arbitre sont la connaissance des règles et l’expérience du jeu qui permet d’en comprendre « l’esprit ». Contrairement au tennis, on ne peut pas être un bon arbitre de squash sans avoir jouer soi-même.
    Il me paraît impossible de demander aux arbitres d’avoir leur propre logique !! Il n’y a pour moi qu’une logique à développer…, qui parfois met beaucoup de temps à être intégrée par les arbitres.

    6- RA : L’arbitre doit être assis juste devant le court et non pas à des kilomètres, perdu au milieu du public.

    NB : Tout à fait d’accord. Pour moi, l’endroit idéal pour un arbitre est juste derrière la vitre arrière, à 2-3 mètres et légèrement surélevé. Maintenant concrètement, demander aux promoteurs de placer l’arbitre à cet endroit sachant que cela va pénaliser la vision de nombreux spectateurs semble relever du rêve.
    Comme d’habitude, les arbitres seront placés au milieu du public à environ 10 mètres du court et 18 mètres de la tin.

    7- RA : Chaque arbitre doit aspirer à briller et non pas chercher à se cacher derrière les deux autres arbitres.

    NB : Pas d’accord !
    Un bon arbitre est un arbitre que l’on ne remarque pas et qui travaille pour faire en sorte que sportivement le meilleur sur le court soit le vainqueur ! Les stars sont sur le terrain, pas derrière.

    8- RA : Le public qui regarde le match sur place, ainsi que les spectateurs qui regardent en ligne, doivent se faire leur opinion et devraient avoir la possibilité de noter l’arbitre après chaque match. Ceci serait pris en compte pour le classement trimestriel des arbitres ainsi que pour l’attribution du trophée d’arbitre de l’année.

    NB : M. Ashour le squash n’est pas une émission de téléréalité, un peu de sérieux svp !

    9- RA : Les arbitres jouent un rôle très important dans le déroulement d’un match. Par respect ils devraient être présentés sur le court au début du match comme cela se fait pour les joueurs. Cela permettrait également à tout le monde de les voir et de savoir qui arbitre le match.

    NB : D’accord. Mais la simple annonce du speaker en début de match me parait suffire amplement.

    10- RA : Les arbitres doivent être pris en charge correctement dans les tournois. C’est à la PSA, en association avec la WSA et les organisateurs de tournois, de mettre en place des standards pour que cela soit le cas.

    NB : On peut toujours rêver….

Leave A Response