Squashlibre

Aidez la ligue des Pays de Loire à revivre !

Bonjour à tous,

 

Le 12 Octobre dernier, sous mon impulsion, une AG a eu lieu à Angers.  90% des présidents d’asso avaient fait le déplacement, bien la preuve que cette réunion était attendue !

Attendue parce que nous savons tous qu’il est temps de redonner des couleurs à notre ligue. L’élection du prochain comité directeur est une occasion qu’il ne faut pas laisser passer .

 

Le 12 Octobre, vous aviez tous des idées pour redynamiser la ligue, vous aviez envie de bouger, NOUS avions tous envie de bouger les lignes … 6 mois après qu’en est-il ?

Chacun est retourné dans son club … !!

 

En même temps,  je reconnais que ça  n’est pas facile de se mettre en marche quand tant de choses s’y opposent !!

 

Aujourd’hui,  je reste convaincu que cette prochaine élection va insuffler un vent favorable  aux idées, aux projets  et à ceux qui veulent  les porter.

La ligue PDL est une grande ligue : 270 licences compétition, 12 clubs, 20 équipes engagées en championnat de ligue, de nombreux jeunes, et surtout beaucoup de passionnés prêts peut-être à s’investir dans le futur comité directeur.

 

Pour cela vous devrez diffuser au plus grand nombre l’affiche que je prépare pour cette élection et aussi partager et liker la page facebook créée pour cet événement. Vous voulez que cette ligue vive alors commencez par ces quelques gestes simples.

Je donne de mon temps pour cette élection, parce que je suis passionné de squash et que je veux que ma ligue continue d’exister ( je ne suis pas en campagne électorale, je ne suis pas candidat au poste de président).

 

Concrètement :

je pensais que l’élection pouvait se dérouler en Juin mais n’est ce pas un peu juste ? j’attends vos avis, vos idées, vos critiques enfin tout ce qui peut faire avancer notre projet commun.

 

https://www.facebook.com/squash.pdl.elections2016

 

Manu Denis

Like this Article? Share it!

About The Author

1 Comment

  1. nicolas 15 mars 2016 at 13 h 00 min

    Voilà plus d’un an et demi que la ligue n’avait tenu la moindre réunion, allant à l’encontre même des statuts fédéraux l’obligeant à une AG par an minimum. Et encore, cette réunion n’a finalement eu lieu que sous la pression de certains clubs qui, depuis la fermeture du pôle espoir en juin dernier et la rumeur d’un déficit financier de plusieurs dizaines de milliers d’euros, réclamaient des explications. L’heure était donc pour le président de ligue, Serge Viaud, aux explications afin de mettre fin à cette longue période d’omerta.

    ETAT DES LIEUX

    Si on prend un peu de recul, on constate qu’en l’espace d’une quinzaine d’années la Ligue de Squash des Pays de Loire s’est effondrée :

    nous sommes passés d’une vingtaine de clubs actifs sportivement à six seulement aujourd’hui. Bien que cet effondrement ne soit pas uniquement lié à la F.F.Squash mais aussi à la crise économique, la politique fédérale actuelle imposant des quotas de licences aux associations a eu des conséquences désastreuses. Certains clubs toujours en activité ont été bannis du système fédéral, d’autres sont menacés d’exclusion à tout moment. Par quelle manipulation intellectuelle peut-on penser que la politique de la fédération développe le squash ?!!! Et n’oublions pas qu’en tant que président de cette « fumeuse » commission CLUBS ASSOCIES à la F.F.Squash, M. Serge Viaud est le premier artisan de cette politique désastreuse.

    côté dynamique, la ligue était jusqu’ici un modèle envié par beaucoup, en particulier grâce à son Pôle Espoir Jeunes qui a vu passer des générations de jeunes talents tels que Mathieu Castagnet (top 10 mondial aujourd’hui) et Cyrielle Peltier (équipe de France) pour ne citer que ces deux-là. Aujourd’hui le pôle a disparu… 20 ans après sa création !

    depuis plusieurs mois la ligue ne dispose d’AUCUN comité directeur et, concernant le bureau directeur, d’AUCUN secrétaire ni d’AUCUN trésorier élu (celui en place a été coopté !). Le président Serge Viaud est à la barre du navire seul, tel un chef d’entreprise qu’il n’est pas. Sans parler du vice-président Jessone Devez qui, en tant que gérant d’un club privé, n’a pas le droit d’occuper cette fonction.

    Bref pour dire simple, la seule chose qui fonctionnait encore à peu près était le pôle espoir… qui a maintenant disparu.

    LA DISPARITION DU POLE

    Concernant cette disparition, l’essentiel des explications de Serge Viaud a consisté à faire porter la responsabilité sur Benoît Letourneau, l’entraîneur du pôle. Pour résumer, il a été porté à la connaissance de tous que, pendant des années, il aurait travaillé 16 heures par semaine rémunéré 35 et, lorsqu’il lui a été demandé de trouver une solution face aux difficultés financières du pôle, il aurait refusé, entre autre pour « éviter de devoir rendre des comptes ». Sérieusement M. Viaud, vous pensez réellement ce que vous dites ?!!

    Je me permets de rappeler quelques vérités :
    gérer le groupe de jeunes (sportivement sur le court et hors du court, suivi scolaire, déplacements etc, etc.) demandait à M. Letourneau bien plus que 35 heures par semaine,
    sur une semaine type, l’accompagnement pour un tournoi le week-end dépasse à lui seul les 16 heures de travail !!
    les joueurs de haut niveau seraient les premiers à attester de l’implication totale de leur entraîneur, s’ils n’étaient pas sous le joug de la F.F.Squash de par leur statut,
    pourquoi personne ne s’est offusqué de ces déclarations mensongères de Serge Viaud, pas même ceux qui avaient leurs propres enfants dans ce pôle.
    on comprend mieux qu’avec ce genre d’argument, Benoît ait préféré la solution judiciaire aux prud’hommes, à une solution amiable, alors qu’au départ il demandait uniquement un remboursement de frais pour les 2 dernières années,
    juste pour ceux qui ont la mémoire courte, Benoît Letourneau a été payé à mi-temps pendant 10 ans alors qu’il travaillait pour le pôle à temps plein.

    La vérité est tout autre et elle est double : 1/ c’est Serge Viaud lui-même qui a décidé de changer l’appellation du pôle, le passant de Pôle « Espoir » à Pôle « France » impliquant une perte importante des subventions régionales !! 2/ c’est Jessone Devez qui a contacté en début d’année les hauts dirigeants de la F.F.Squash (Serge Viaud inclus) pour leur demander d’exclure Benoît Letourneau du pôle (au profit de Thomas Reboul).

    Résultat des courses : Benoît Letourneau, aux compétences reconnues nationalement et internationalement, est obligé de quitter le monde du squash. BRAVO !

    UN JOUEUR = UNE LICENCE !

    Quoi d’autre ? Ah oui, on a presque eu droit à une leçon de morale du club municipal de la Roche sur Yon, qui se targue d’être le seul club de la ligue à respecter le sacro-saint principe « un joueur = une licence ». De la part d’un club qui se permet de faire payer à ses joueurs une adhésion annuelle à 60€ licence comprise, sans payer bien sûr aucune TVA ni charge liée à une entreprise « normale », c’est un peu fort de roquefort !! Et encore, ils se sont rendu compte eux-mêmes qu’en contrepartie des 500 licences qu’ils envoyaient chaque année à la F.F.Squash, recevoir 4 fois le même poster des championnats d’Europe était « un peu » léger.

    LES PERDREAUX DE L’ANNEE !

    Dans le chapitre « Bienvenue aux perdreaux de l’année », je demande Angers Playground qui au bout d’un an et demi d’existence découvre que : 1/ il n’est pas facile de faire payer aux joueurs loisir 17 euros une licence dont il se foutent éperdument, 2/ il n’est pas normal de se voir imposer des quotas de licences, surtout quand on vous menace de vous exclure de la F.F.Squash si vous n’obéissez pas, 3/ la norme en Pays de Loire c’est : un an sans être payé des locations de terrains pour un championnat de ligue, 4/ et, entendu du président perdreau : « Il nous faut du temps pour vendre des licences, nous ne sommes là que depuis un an et demi ». Les gars, si au bout de cette période vous n’avez délivré que 30 licences avec 7 courts de squash, ça ne sera pas plus facile dans 2, 3 ou 10 ans ! Mais bon ces revendications sont tout a fait légitimes.

    La 4ème DIMENSION FEDERALE

    Ah oui, j’allais oublier ce moment de la réunion où M. Serge Viaud a affirmé haut et fort qu’un club privé n’avait aucune chance de survie sans la fédération. Qu’il daigne seulement passer un coup de fil au club de Longué-Jumelles en Pays de la Loire qui, avec ses 300 membres, se porte formidablement bien sans l’intrusion de la F.F.Squash et sa politique de quota de licences. Incroyable à quel point les élus de la F.F.Squash sont déconnectés des réalités du terrain !

    CONCLUSION

    Constat unanime : ni la ligue ni la fédération n’ont d’argent. Le reste de la réunion s’est passé à savoir comment ventiler un reliquat de 5 000€ de budget sur des actions de ligue…, en attendant l’issue du procès aux prud’hommes pour lequel un risque de plusieurs dizaines de milliers d’euros plane sur les comptes si fragiles de la ligue !

    Allez un dernier détail : pas un mot lors cette AG sur l’Open International de Nantes qui a eu lieu début septembre. Tout a été dit sur cet évènement mais je vais quand même insister en disant que c’était tout juste EXCEPTIONNEL ! Un promotion du squash qui fera date dans l’histoire du squash régional ET national. Mais faut-il quand même le préciser pas un seul euro d’aide de la ligue ni de la fédération…et pourtant Mr Serge Viaud et Jacques Fontaine étaient fièrement assis au premier rang lors de la finale..

Leave A Response